Naans coriandre-coco {et une variante : les cheese-naans}


Tu noteras, Voyageur avisé, que le Chaudron a l’air de se plaire au royaume des Indes ! Du reste, c’est avec une étonnante bonne volonté* qu’il a crachouillé ces naans tout dorés et parfumés pour accompagner le dal de lentilles et de courge de la dernière fois :

* En même temps, c’est pas lui qui s’est fatigué les biscotos à pétrir la pâte…



Les naans sont des pains indiens plats mais à pâte levée (contrairement aux chapatis qui sont préparés sans levain) cuits traditionnellement dans un four tandoor ou sur une plaque en fonte. C’est une recette très facile à réussir, il faut juste s’y prendre à l’avance pour pétrir la pâte une dizaine de minutes et la laisser reposer au moins deux heures pour qu’elle développe un bon goût de pain et de levain.
La particularité de ce sortilège est qu’on utilise deux types de levure : la levure fraîche de boulanger pour faire lever la pâte lentement et obtenir une mie bien alvéolée, et la levure chimique pour la faire gonfler immédiatement lors de la cuisson qui doit être rapide pour ne pas dessécher les naans. Cela donne des galettes au cœur moelleux mais à la croûte bien croquante grâce à la cuisson à la poêle.
 
 
 

J’ai trouvé la formule de base chez Hécate et je l’ai un peu modifiée en ajoutant une étape pour la préparation du levain qui permet d'avoir une pâte au goût plus profond, plus riche.

Après, tout l’intérêt des formules de base c’est qu’on peut – on doit ! – les agrémenter de ce qui nous fait plaisir. Cette fois j’ai mélangé à pâte une généreuse quantité de feuilles de coriandre et de gros copeaux de noix de coco, pour en faire de petits pains à la saveur à la fois fraîche et douce qui contrastent délicieusement avec un dal de lentilles corail bien épicé.
On peut s’en tenir là ou bien ajouter un cœur de fromage fondu (type Vache-qui-rit) pour une version moins traditionnelle mais aussi bonne, je t’explique comment faire dans la recette.
 
 
Ce qu'il faut mettre dans le Chaudron
(pour 6 naans)
Pour le levain :
50g de farine T80
15 g de levure fraîche
3 cuillères à soupe d’eau tiède
10 g de sucre
Pour le pain :
450 g de farine
6 g de sel gris
1 cuillère à café de levure chimique
150 g de lait ribot
30 g d’huile de coco
200 g d’eau tiède
1 petite botte de coriandre fraîche
30 g de copeaux de noix de coco
+ 12 portions de fromage fondu
  • Faire le levain :
  • Emietter la levure dans les 3 cuillères d’eau et bien mélanger pour la diluer. Ajouter la farine et le sucre et mélanger. Laisser reposer dans une pièce chaude ou sur un radiateur 15 minutes. Le mélange va commencer à buller.
  • Faire la pâte :
  • Mélanger les ingrédients secs dans un saladier.
  • Faire tiédir  l’huile de coco au bain marie pour la liquéfier et l’ajouter au mélange avec le lait ribot et le levain.
  • Pétrir en incorporant peu à peu l’eau tiède. Incorporer les feuilles de coriandre ciselées et les copeaux de coco et pétrir 10 minutes en étirant la pâte entre les mains. Elle peut rester un peu collante, ce n’est pas grave.
  • Mettre la pâte dans un grand saladier et laisser lever dans une pièce chaude au moins deux heures.
  • Façonner les naans :
  • Au bout de ce temps, écraser la pâte pour en chasser le gaz et la pétrir à nouveau 5 minutes.
  • Pour la version classique, la partager en 6 pâtons de poids égal et les étaler finement sur 5 mm.
  • Pour la version cheese-naan, la partager en 12 portions de poids égal. Étaler finement chaque pâton (2 mm), disposer sur 6 d’entre eux deux portions de fromage et recouvrir avec les 6 autres galettes en écrasant les bords pour les souder, puis repasser un coup de rouleau à pâtisserie sur chaque naan.
  • Faire chauffer une poêle avec un peu d’huile de coco et y faire dorer chaque naan 5 minutes de chaque côté.


 
Notes aux Sorciers :
On peut utiliser du yaourt à la place du lait ribot.
Le sucre dans le levain permet d’activer plus vite la levure, on n’en sens pas le goût dans les naans.
Utiliser de gros copeaux de noix de coco plutôt que de la poudre, ça ajoute une texture agréablement croquante au pain.
Les naans cuits se gardent facilement un jour au réfrigérateur, il suffit de les passer au four quelques minutes avant dégustation pour leur redonner leur croustillant.

 

11 commentaires

  1. Merci pour le lien :) Ta version a l'air délicieuse. J'ai hâte de tester le mélange coco coriandre.

    RépondreSupprimer
  2. J'en ai carrément l'eau à la bouche, ces naan ont l'air vraiment délicieux!

    RépondreSupprimer
  3. C'est gentil ! J'ajouterais qu'il sont en plus simples à réaliser et inratables, même si on n'a pas le temps/le courage de pétrir la pâte trop longtemps !

    RépondreSupprimer
  4. Ah, je les ai vu chez Hécate ces naans, et voilà qu'ils viennent me narguer dans ton donjon !
    Suis-je donc condamnée à faire cette recette très vite ? D'autant que cela est tout à fait délicieux...
    Le ménestrel n'est point là cette semaine, tant pis, je me régalerai donc seule dans mon Arbre !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai testé une version simple, sans coco et coriandre. Je cherche encore le "cheese" mais c'était quand même délicieux, le "levain" ça change tout !

    RépondreSupprimer
  6. Merci mademoiselle ! Oui, l'étape du levain n'est pas très longue à faire mais apporte beaucoup !

    RépondreSupprimer
  7. J'adore ça ! Le combo dahl et naans, j'en ai fait une fois : nickel ! Mais là, j'ai de la courge à finir, une poignée de lentilles qui traine, et un gros manque d'inspiration ^^
    Mais dis-moi, 2 questions :
    - pour remplacer le lait ribot (on trouve pas par ici) par le yaourt, c'est à quantité égale ?
    - à la place de l'huile de coco, je peux mettre un peu de lait de coco à la place ?
    Bisous ô toi :)

    RépondreSupprimer
  8. Hey, une crapaude ! Le yaourt à quantité égale en effet, prends du yaourt plutôt liquide genre velouté. Pour l'huile de coco je te conseille de la remplacer par une huile neutre ou du beurre clarifié (voire du beurre fondu), le lait de coco ne donnera pas le même rendu.

    RépondreSupprimer
  9. Ce sortilège qui tend à "utiliser de gros copeaux de noix de coco plutôt que de la poudre" et à chasser le gaz pour limiter les effets naturels de la fermentation a soulevé après coup une vague de protestations de la part des des gnomes alchimistes et des artilleurs nains qui ont craint une baisse du budget alloué à la défense des souterrains du Donjon.

    Devant ce mouvement social sans précédent, l'Ensorceleur envoyé en négociateur a dû consentir à ce que les membres des Petits Peuples du Fond de Donjon puissent à nouveau se servir du Chaudron comme d'une bombarde une fois par an lors de leur fête annuelle. Ce privilège avait été aboli au motif qu'un tir de canon en environnement souterrain plombait autant le budget de défense que les défenses elles-mêmes.

    Ayant fait céder le Pouvoir en place, lesdits membres du Petit Peuple n'ont cependant pas repris le travail à l'issue de leur grève, en raison de la quantité de bière qu'ils ont ingurgité pour célébrer leur victoire.

    RépondreSupprimer