Vedette curseur

Velours de céleri et purée de noisettes (et un peu de blabla)

Ça fait longtemps que je ne t’ai pas préparé de soupe Voyageur ! En fait, ça fait longtemps que je ne t’ai  rien préparé du tout, excuse-moi pour le régime drastique que je t’ai imposé ces dernières semaines ! C’est vrai que je suis très peu présente sur le blog en ce moment. Non pas désintérêt pour la cuisine, aucun risque que ça arrive : je pense cuisine, je griffonne cuisine, j’ai plein d’idées et je teste des tas de trucs (avec plus ou moins de succès mais c’est le jeu^^), mais surtout par manque de temps. Je t’ai déjà parlé des cours de danse, de la couture (je crois), et en plus cette année j’ai décidé d’apprendre à tricoter. Je suis hyper enthousiaste mais il faut reconnaître que c’est chronophage. Comme on est en pleine campagne présidentielle, j’ai attendu qu’un candidat propose la retraite à 35 ans mais bon, il faut me rendre à l’évidence : vu  qu’aucun politique ne semble s’intéresser au sort des sorcières multitâches, il va falloir que je m’organise un peu pour tout caser dans mon emploi du temps ! Remarque que je pourrais essayer de combiner la cuisine et le tricot : j’ai déjà découvert le point de riz, le point mousse, le point de blé et le point brioche^^
Et puis il y a une mini crise existentielle qui m’a fait me demander si c’était bien utile de publier des recettes. Paradoxalement, alors que je pense cuisiner beaucoup mieux que lorsque j’ai commencé le blog il  a 6 ans (je le dis sans prétention car ce n’est pas du génie, juste de l’expérience : je cuisine beaucoup, tous les jours, j’expérimente, forcément on apprends !), je me sentais moins légitime à partager mes modestes productions… Est-ce qu’elles apportent vraiment quelque chose à une blogo cuisine déjà saturée ? Finalement, j’ai laissé tomber cette question pour revenir aux raisons qui m’ont poussée à ouvrir le blog : au départ pour avoir mon cahier de cuisine virtuel et ça c’est bien pratique, et puis parce que j’aime entretenir mon Donjon, faire de belles photos, et te raconter ma vie de temps en temps ;)


Bref, assez d’états d’âme, voila un bon brouet de sorcière tout droit sorti du Chaudron, avec son traditionnel légume maudit (tu te souviens de la soupe de panais et de celle de fenouil ?) certes, mais tellement savoureux !


C’est un légume difficile à apprivoiser le céleri boule : il est un peu sauvage, planqué sous sa peau rugueuse, épaisse et terreuse. Je t’accorde qu’avec son allure de punk des potagers et sa chair dure comme un caillou quand elle est crue il faut avoir la foi (et un bon couteau) pour s’y attaquer. Mais vraiment, ça vaut le coup de l’adopter et de découvrir sa saveur épicée qui rappelle un peu le panais. Une fois le céleri épluché, la chair se taille assez facilement et on voit qu’elle est aqueuse et peu farineuse. Pour en faire un velouté bien onctueux, je te conseille donc de le mélanger à des pommes de terre qui adouciront aussi sa saveur très marquée.
Bon, dit comme ça, céleri plus patates, c’est pas non plus la révolution culinaire qui te donne envie de tout laisser tomber pour filer te préparer une soupe, hein ? À moi non plus pour tout dire. En revanche, j’avais bien envie de tester la purée de noisette dans le velouté : la saveur un peu boisée, le crémeux… c’est juste ce qu’il fallait pour rendre cette petite soupe sans prétention très très engageante finalement. Et avec une autres botte secrète comme le granola salé croustillant de la dernière fois, c'est encore mieux !

Ce qu’il faut mettre dans le Chaudron 
pour 6 bols
1 céleri boule
4 patates
2 poireaux
2 l de bouillon de légumes bio (ou maison évidemment!)
4 cuillères à soupe de purée de noisette
Sel
  • Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole en inox et y faire dorer le poireau coupé en fines rondelles. 
  • Éplucher soigneusement le céleri et les pommes de terre, les couper en gros cubes et les ajouter dans la casserole. Couvrir de bouillon, laisser mijoter 45 minutes, puis mixer finement. 
  • Ajouter la purée de noisette, mixer à nouveau, saler si besoin.
  • Servir parsemé de dés de poitrine fumée grillés ou de granola salé au fromage.


Voila, rien de compliqué mais la purée de noisette apporte un côté très doudou et savoureux à cette petite soupe, du crémeux mais en plus sain qu’avec la crème fraîche. Je pense réutiliser cette idée dans d’autres veloutés avec d'autres d’autres purées d’oléagineux (le tahiné doit être délicieux) , ça ouvre plein de nouvelles possibilités et c’est trop chouette ! 

Granola salé au potimarron, noisettes et bacon séché

Bonjour bonjour ! Le donjon est resté un peu à l’abandon le mois dernier, le temps que je remplace mon ordinateur qui faisait un bruit d’hélicoptère asthmatique, que je réinstalle mes logiciels, et que j’apprivoise ma nouvelle monture. Mais voila qui est fait, entre vite Voyageur !
Comment ça, des toiles d’araignées ? Bah écoute, puisque c’est toi qui les a repérées et qui a eu l’outrecuidance de me les faire remarquer, prends donc un balais (PAS le balais volant, ça va pas non ?) et fais le ménage, pendant ce temps je te prépare un petit casse croûte ? Deal ?


Jus de pomme chaud aux épices

Oh oh oh Voyageur ! Ça te rappelle quelqu’un ? Preums, le Dragon de la bibliothèque et la compagnie de souris des oubliettes donjonesques se joignent à moi pour te souhaiter un Joyeux Nowell ! Le Chaudron, non (faut pas pousser hein !), il a un peu de mal à digérer les sucres d’orge et puis il est très occupé à envoûter ce tout nouvel élixir vraiment chaudoudou de jus de pomme chaud épicé :


Guimauves de Noël à la mandarine



C’est pas tout ça mais Noël approche à pas de géant et il est grand temps que je commence à te montrer les petites choses que le Chaudron a obligeamment crachottées pour l’occasion. Pour commencer, une recette de petites confiseries que j’aime beaucoup, toute simple et un peu magique sur les bords, dont je t’ai déjà montré d'autres versions : des guimauves tendres et fondantes aux parfums de Noël :