Encore des nouilles ! {Gnocchi de potimarron et crème aux champignons et noix}


"Encore des nouilles !" Comme le livre paru sorti la semaine dernière aux éditions Les Echappés rassemblant les chroniques culinaires farfelues écrites par Pierre Desproges pour Cuisine et vins de France en 1984. Un vrai bijou d’humour caustique, d’intelligence, de provocation et de style flamboyant, du Desproges en somme, un petit livre extra que je te recommande t'ordonne de lire!
Et aussi : encore du potimarron ! Eh oui, la voila la nouvelle collection de sortilèges au potimarron millésime 2014. Le Chaudron est enchanté pour une fois* : transmuter de la citrouille, c’est quand même revenir à ses origines de chaudron de sorcière ! Cette potion là est une vraie recette réconfortante d’automne, avec sa sauce crémeuse et croquante et son parfum de sous bois :



* Est-ce inquiétant ? probablement ^^



Quand commence la saison des potimarrons, c’est fête au donjon (un peu comme quand commence la nouvelle saison de Dr Who). Avant tout, parer au plus urgent : ensorceler quelques chaudronnées de confiture du Samain au potimarron et à l’orange, LA confiture préférée des occupants du Donjon dont les réserves se volatilisent plus vite qu’un Hobbit à l’évocation du mot « régime ». Cela fait, je me précipite sur mon grimoire-brouillon, celui dans lequel je note la liste-de-recettes-à-faire. Autant te prévenir, la page dédiée au potimarron est toute gribouillée dans tous les sens et tu vas encore en entendre parler !



La première recette de la liste attendait son heure depuis deux ans je pense, mais je n’avais pas encore trouvé le courage de me lancer dans la préparation de pâtes maison. Depuis les gnocchi de châtaigne, je me suis aperçu que que la préparation est vraiment simple et plus rapide qu’on ne croit. En plus, le potimarron avec sa chair farineuse se prête idéalement à ce sortilège. La chose à retenir pour réussir ses gnocchi : cuire le potimarron au four pour que la chair ne se gorge pas d’eau, puis dessécher la purée à la casserole quelques minutes. Cela permet d’ajouter moins de farine et donc d’obtenir des pâtes plus fondantes.

Ensuite, il suffit de noyer ses petites pâtes orangées sous une bonne sauce crémeuse et parfumée aux champignons, échalote et aux noix croquantes pour obtenir une belle assiette nourrissante aux couleurs de la forêt en automne !


Ce qu'il faut mettre dans le Chaudron
 (pour 2 aventuriers)
150 g de pomme de terre farineuse
350 g de potimarron
250 g de farine
Pour la sauce :
1 échalote
une douzaine de petits champignons de Paris frais
2 cuillères à soupe de whisky
100 g de crème fraîche épaisse 
sel, poivre
6 noix fraîches
6 tranches de bresaola

  • Couper le potimarron en tranches, ôter les pépins et les faire cuire au four à 180°C 20 minutes. Faire cuire les pommes de terre avec leur peau à l’eau bouillante jusqu’à ce qu’elles soient tendre. 
  • Éplucher les patates et les écraser au presse-purée. Mixer finement la chair de potimarron. Mélanger les deux purées encore chaudes, ajouter la farine et malaxer pour bien l’incorporer. 
  • Laisser tiédir puis saupoudrer le plan de travail de farine et en couvrir ses mains, prendre une petite poignée de pâte et la rouler en un long boudin de 1 cm de diamètre. Couper des tronçons de 2 cm, puis les écraser légèrement sur les dents d’une fourchette tout en les repliant sur eux même. Ranger les gnocchi sur un torchon saupoudré de farine. 
  • Faire bouillir une grande casserole d’eau avec 1 cuillère à soupe de gros sel gris. Y plonger les pâtes et les retirer à l’aide d’une écumoire dès qu’elles remontent à la surface. 
  • Préparer la sauce : hacher l’échalote et la faire suer dans une cuillère à soupe d’huile d’olive à feu doux. Brosser soigneusement les champignons et les couper en tranches. Les faire sauter dans la poêle à feu vif avec les échalotes jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Saler et verser le whisky, laisser cuire 1 minute de plus. Couper le feu, ajouter la crème épaisse et mélanger. 
  • Verser la sauce sur les pâtes, parsemer de bresaola coupée en lanières et saupoudrer de noix grossièrement hachées et de persil ciselé.

Notes aux Sorciers :
On ne mixe pas les pommes de terre car ça rendrait la purée élastique et non farineuse. On peut en revanche mixer la chair de potimarron encore chaude, pour obtenir une purée bien fine.
Avant de les cuire, laisser sécher les gnocchi sur un linge dans le réfrigérateur une nuit, ils se tiendront mieux à la cuisson.
Pour la sauce ne pas faire bouillir la crème pour éviter qu’elle ne se sépare en huile. Le mieux est de l’ajouter dans la poêle après avoir coupé le feu.
La bresaola est du bœuf séché très peu gras et bien tendre.

 



7 commentaires

  1. Rhô miam...
    Quant au livre dont tu causes, je l'ai repéré à la librairie avant-hier.
    Mais à "encore des nouilles", je préfère "des nouilles encore", sublime contrepèterie s'il en est ;)
    (et il me reste de la confiture de Samain, ça va, je suis sauvé pour l'hiver ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Ooooh, magnifique jeu de mot ! Que n'aurait pas renié Pierrot j'en suis sûre :D

    RépondreSupprimer
  3. Une belle assiette de pâtes ! Un vrai régal sans aucun doute !

    RépondreSupprimer
  4. Délicieux plats avec un tas de bonnes choses dedans et en plus c'est beau !

    RépondreSupprimer
  5. Dans le Donjon, les pires prédateurs pour la nourriture sont Preums et les hobbits de passage (à égalité).
    Du coup Preums est particulièrement intéressé par le fait que l'évocation du mot "Régime" renvoie ces démons à pieds velus dans les enfers dont ils sont probablement issus.

    Ne reste plus à Preums qu'à apprendre à parler.

    Premier obstacle : cela implique de ne pas avoir la bouche pleine.

    RépondreSupprimer