Pâte brisée à l'italienne (pour tartes salées)

Salutations Voyageur ! Le Chaudron travaille ses basiques aujourd’hui et a projeté à travers le Donjon une boule de pâte à tarte salée rougeoyante (du reste, écarte-toi de la trajectoire de tir, on ne sait jamais...) :

Il s’agit d’une des nombreuses variantes de pâte brisée qui apparaissent de manière un peu accidentelle quand je prépare une tarte. Tu sais ce que c’est : de la farine, du beurre, et puis ma baguette est inexplicablement attirée vers les flacons et bocaux qui encombrent les étagères de l’Atelier pour en choisir quelques uns en fonction de l’inspiration l’humeur du moment… Au final, je crois que je n’ai jamais fait deux fois le même sortilège de pâte brisée, mais celui-ci est suffisamment différent de la formule de base pour être noté en bonne place dans mon Grimoire.
De la polenta (crue !) pour faire croustiller, un peu de purée de tomates séchées à la place de la même quantité de beurre, du thym, du parmesan, des petites graines… On obtient une pâte assez friable (attention à l’étalage !) mais très savoureuse !


Ce qu'il faut tasser prudemment dans le Chaudron
100 g de farine de riz + 50 g de farine de blé complète (T150)
50 g de polenta crue
30 g de parmesan
60 g de beurre
20 g d’huile d’olive
1 cuillères à soupe de purée de tomates séchées
10 cl d'eau
1 cuillère à café de graines de lin
1 cuillère à café de graines de pavot
sel, poivre, piment d’Espelette
  • Mélanger les ingrédients secs et le parmesan mixé. Assaisonner.
  • Ajouter le beurre froid coupé en morceaux et l’huile d’olive et pétrir du bout des doigts en écrasant bien les morceaux.
  • Mélanger énergiquement l’eau avec la purée de tomates. Verser sur le mélange précédent et pétrir pour former une boule.
  • Réserver au frais au moins une heure.
Note aux sorciers :
Les deux farines (riz et blé complet) peuvent tout à fait être remplacées par le même poids de farine de blé (plutôt T80 : semi-complète). Là j’ai mis la recette telle que je l’ai faite pour qu’elle soit très croustillante mais on peut adapter…
Pour l’assaisonnement, le piment d’Espelette se dose en pincées, attention à ne pas trop en mettre. Là j’ai mis une grosse pincée de sel, un tour de moulin de poivre et 3 grosses pincées de piment.
La quantité d’eau est variable en fonction de l’absorption de la farine. Il vaut mieux en mettre peu au départ et en rajouter ensuite si la pâte n’est pas liée.

La prochaine fois, je te montrerai le joli sortilège printanier dans lequel j’ai utilisé cette pâte.

3 commentaires

  1. Mmmmhhh... Je ne suis pas sure d'avoir tous les ingrédients, mais même sans ça, avec uniquement l'essentiel, elle m'a l'air sympa comme base pour ma légendaire tarte à la courgine !
    Bises :)

    RépondreSupprimer
  2. Pas mal! J'aime beaucoup le mélange de farine et le fait de mettre de la polenta crue dans la pâte. J'espère penser à cette recette la prochaine fois que je fait une pâte à tarte!

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup ! Le coup de a polenta il me semble l'avoir lu dans un bouquin de cuisine bio, mais je ne rappelle pas du tout duquel...

    RépondreSupprimer